Close

clau nico

Mot d'accueil


Mais au fait, c’est qui et c’est quoi Zoom ?

Une maison d’édition, pour ses fondateurs, c’est un peu comme avoir un enfant. Elle naît, grandit, pompe beaucoup d’énergie, tombe malade, a des accidents… Avec tout ce que ça implique pour les fondateurs-parents : joies subites, angoisses, sourires attendris, nuits blanches, etc.

Zoom a 15 ans. Sa croissance est normale. On a commencé par les maladies infantiles gérées comme des néo-parents, l’image est éloquente. Puis on s’est enorgueillis de ses progrès. Maintenant on subit ses crises d’adolescence.

Qu’à cela ne tienne : on s’accroche. L’amour filial.

Une centaine de titres et quelques applications pour tablettes et smartphones plus tard, on s’inquiète toujours autant pour l’avenir du « bébé ». Il y a de quoi bien sûr. Le problème est qu’on a plein de projet pour lui. Les idées ne manquent pas, même les plus folles. Et on lui fait voir du pays : des salons dans toute la francophonie, des invitations au-delà des océans, des ateliers dans les écoles et toutes les bibliothèques qui le désirent, des sorties et réunions entre camarades éditeurs. Bref, on le montre, cet enfant dont nous sommes finalement si fiers et que nous ne manquons jamais de vanter quand l’occasion se présente. 

Péché véniel de tous les parents béats en quête d’assurance.

Dans un monde où les petites maisons d’éditions indépendantes ont bien du mal à éviter l’écrasante pression des gros balourds du secteur, Zoom survit et tente de s’épanouir en proposant autre chose de plus personnel, de plus intime mais aussi bien sûr, de plus risqué.

Ici, pas de « département » marketing, pas de produits formatés, pas de business plan, pas non plus de conseiller « com », pas de mobilier high-tech. Tout fonctionne à l’envie, à l’instinct, au plaisir. Du fait maison, presqu’à la main.

Il y a quelques cadres, évidemment ; on structure un peu. Mais le champ est largement ouvert à la liberté. Pourquoi toujours porter du gris quand on peut mettre du rose ou du jaune et des chaussettes à fleurs ?

Aussi, n’hésitez pas ! Entrez ! La porte est ouverte. Venez nous rendre visite et partager avec nous un petit moment d’insouciance. C’est pas très sérieux, mais au fond, ça fait tellement de bien.

Bonne visite.

Nicolas & Claudine